Andrologie

Le Vardenafil aussi améliore les Troubles Urinaires du Bas Appareil secondaires à l’Hypertrophie Bénigne de la Prostate.

Stief CG, Porst H, Neuser D, Beneke M, Ulbrich E.A randomised, placebo-controlled study to assess the efficacy of twice-daily vardenafil in the treatment of lower urinary tract symptoms secondary to benign prostatic hyperplasia. Eur Urol. 2008;53:1121-3; discussion 1123-4.

Analysé par Dr Gilbert Bou Jaoudé, Lille, France

L’hypertrophie bénigne de la prostate (HBP), pathologie masculine très fréquente, est souvent associée à des troubles des sphincters urinaires (Troubles Urinaires du Bas Appareil ou TUBA), à la Dysfonction Erectile (DE) et en conséquence à une diminution de la Qualité de Vie. Plusieurs Inhibiteurs de la PhosphoDiEsterase de type 5 (IPDE5), principal traitement de première ligne de la DE, se sont également révélés capables d’améliorer les TUBA. Cela avait été démontré pour le sildenafil dans une étude comparant son effet à celui de l’alfusozine et aussi pour le tadalafil comparé à un placebo. C’est dans ce contexte qu’une étude récente a examiné l’effet du vardenafil (Levitra ® sur les TUBA et la qualité de vie chez des patients porteurs d’HBP.

Il s’agit d’une étude en double aveugle, versus placebo, incluant des hommes âgés de 45 à 64 ans, ayant initialement un International Prostate Symptom Score (IPSS) > 12. Ils ont été randomisés en deux groupes : vardenafil 10 mg 2 fois par jour ou placebo 2 fois par jour.

Les paramètres d’évaluation des TUBA étaient : l’IPSS et la mesure du débit urinaire maximal (Qmax) mais aussi le volume du résidu post mictionnel (PVR). La DE fut évaluée par le score du domaine de la fonction érectile de l’index international de la fonction érectile (FE-IIEF). Quant à la qualité de vie elle fut évaluée par le questionnaire Urolife trade mark QoL-9.

Après 8 semaines de traitement, le principal résultat de cette étude consista en une amélioration significative de l’IPSS dans le groupe vardenafil par comparaison au groupe placebo (respectivement -5.9 et -3.6, p=0.0013). Cette amélioration significative s’observa également pour les deux sous score de l’IPSS concernant les symptômes irritatifs et obstructifs des TUBA (respectivement p=0.0017 et p=0.0081). Les autres paramètres améliorés de façon significative par les 8 semaines de vardenafil furent les scores du FE-IIEF (p=0.0001) et du questionnaire de qualité de vie Urolife QoL-9 (p<0.0001).

Par contre, le débit urinaire maximal et le résidu post mictionnel ne furent pas significativement améliorés par le traitement, et il est à noter qu’ils ne l’ont pas plus été dans les essais antérieurs consacrés au sildenafil et au tadalafil. Cependant, les auteurs remarquent que ces deux paramètres étaient proches des valeurs normales lors de la randomisation des patients, ce qui pourrait aussi expliquer l’absence d’amélioration franche sous traitement. Enfin, comme dans les autres études consacrées au vardenafil, ce traitement a été bien toléré par les patients avec des effets secondaires le plus souvent légers ou modérés.

Les résultats de cette étude permettent aux auteurs de conclure que le vardenafil améliore significativement les TUBA, la fonction érectile et la qualité de vie chez les patients porteurs d’une HBP. Ces résultats, correspondent à ceux déjà rapportés pour le sildenafil et le tadalafil. Il convient aussi de préciser que pour ces trois molécules le principal paramètre amélioré significativement est l’IPSS avec une amélioration peu significative des autres critères d’évaluation des TUBA.

Quoiqu’il en soit, les IPDE5 peuvent être considérés comme une alternative thérapeutique intéressante chez les patients porteurs d’HBP. Et bien plus, comme une possibilité séduisante de traitement unique chez les patients souffrant à la fois de DE et de TUBA/HBP. Enfin, cette amélioration des TUBA pourrait même modifier certaines habitudes de prescription des IPDE5 chez les patients sous traitement par alpha bloqueurs pour des TUBA. Cette association thérapeutique reste déconseillée (précaution d’emploi) à cause du risque théorique d’hypotension artérielle et en particulier orthostatique. Cette étude montre que la prise d’un IPDE5 pourrait peut être dispenser de la prise simultanée de l’alpha bloqueur ? Cela faciliterait les modalités de prescription pour le médecin et les modalités d’utilisation pour le patient. Persisterait, cependant, la question du coût élevé des IPDE5 qui ne sont pas remboursés alors que les alpha-bloqueurs moins coûteux le sont.

Mis à jour le 2 mai 2009