Le tabagisme augmente le risque de dysfonction érectile (DE) dans plusieurs études épidémiologiques.

Analyse par les Drs Christophe BONNIN et Patrick BOUILLY

d’après Shiyi Cao, PhD, Yong Gan, MD, Xiaoxin Dong, PhD, Junan Liu, PhD, and Zuxun Lu, PhD. Association of Quantity and Duration of Smoking with Erectile Dysfunction: A Dose–Response Meta-Analysis. J Sex Med. 2014 Oct;11(10):2376-84. doi: 10.1111/jsm.12641.

Introduction

Le tabagisme augmente le risque de dysfonction érectile (DE) dans plusieurs études épidémiologiques.

Dans une méta-analyse récente de 8 études (cas-témoins et cohortes) conduite par les auteurs en 2013 (1),

le risque de DE est multiplié par 1.51 (IC₉₅ 1.34-1.71) chez le patient tabagique actif et de 1.29 (IC₉₅ 1.07-1.47) chez le tabagique sevré. L’importance du tabagisme n’était cependant pas mentionnée dans ces études, et s’il existe des données dans des études transversales, elles sont contradictoires.

L’objectif des auteurs était de réaliser une méta-analyse des études observationnelles dans lesquelles la relation entre l’importance du tabagisme (nombre de cigarettes par jour et durée) et la DE est précisée.

Méthodologie

La qualité des études observationnelles sélectionnées (transversales, cas-témoins et de cohorte) était évaluée selon l’échelle de Newcastle-Ottawa (score sur 9).

Deux critères quantifiaient l’importance du tabagisme:

  •  le nombre de cigarettes par jour,
  •  la durée du tabagisme en année.

Résultats

10 études ont été inclues (1 étude de cohorte, 9 études transversales), rassemblant 50.360 patients dont 12218 avec DE ( soit environ 1 sur 4).

Le diagnostic de DE était basé sur le questionnaire IIEF-5 (2 études), le Brief Male Sexual Function Inventory (1étude), les autres sur une simple question.

Le nombre de facteurs confondants (maladies cardiovasculaires, diabète, HTA, activité physique) était variable (de 1 à 3 et plus).

La qualité des études variait de 4 à 8/9 (moyenne 6.2).

Il n’y avait pas de relation linéaire évidente entre le risque de DE et la quantité de cigarettes fumées quotidiennement (sur 10 études) ou la durée du tabagisme (sur 4 études).

Le risque de DE augmentait de 14% toutes les 10 cigarettes (OR = 1.14, IC95% 1.09-1.18) et de 15% toutes les 10 années (OR = 1.15, IC95% 1.10-1.19).

Discussion

Dans cette méta-analyse, il existe de grandes différences en termes de caractéristiques de populations, de type d’étude, de méthode diagnostique de la DE ( basée seulement sur l’interrogatoire) et de facteurs confondants, pouvant être source d’hétérogénéité.

Néanmoins, les résultats étaient identiques lors d’une analyse en sous-groupes définis par ces caractéristiques.

Compte tenu des limitations de cette méta-analyse, d’autres études sont donc nécessaires pour confirmer ces résultats.

Commentaires

S’il est difficile d’établir un parallélisme strict entre l’importance de la consommation tabagique et la dysfonction érectile, ou encore de définir précisément le groupe d’âge des patients concernés le plus par cette relation, le lien physio-pathogénique entre Dysfonction Erectile et Tabagisme est aujourd’hui indiscutable.

Il s’explique à la fois par l’athérosclérose intéressant l’aorte, les artères iliaques et leurs branches distales pudendales internes, voire surtout les artères caverneuses, mais également de façon concomitante ou chronologiquement en amont des lésions macrovasculaires, par différentes actions au niveau moléculaire :

  •  diminution de la vasodilatation endothélium dépendante.
  •  diminution de l’activité de la NO synthase endothéliale.
  •  diminution de la biodisponiblité du NO par diminution de sa synthèse ou augmentation

de la production de radicaux libres.

  •  augmentation de l’activation et de l’agrégation plaquettaire.
  •  augmentation de l’expression des molécules d’adhésion cellulaire.
  •  augmentation de la migration sous-endothéliale de cellules monocytes-like.
  •  altération de la régulation de facteurs thrombotiques (diminution du tPA, augmentation du PAI-1).
  •  augmentation des marqueurs de l’inflammation (CRP).
  •  modification des propriétés des fibres élastiques des parois vasculaires, augmentation de la rigidité pariétale.

Rappelons également que le tabagisme passif est tout aussi délétère et expose à environ 80-90% des effets du tabagisme actif (2).

Bibliographie

  1. Cao S, Yin X, Wang Y, Zhou H, Song F, Lu Z. Smoking and risk of erectile dysfunction: Systematic review of observational studies with meta-analysis. PLoS ONE 2013;8:e60443.
  2. Barnoya J, Glantz SA. Cardiovascular effects of secondhand smoke: nearly as large as smoking. Circulation. 2005 May 24;111(20):2684-98.
X
X