LES NOUVEAUX TRAITEMENTS DE l’EJACULATION PREMATUREE

february, 2021

19feb(feb 19)6h 00min20(feb 20)18h 00minLES NOUVEAUX TRAITEMENTS DE l’EJACULATION PREMATUREE

Event Details

Par Carol Burté

Plusieurs options médicamenteuses sont disponibles pour traiter l’éjaculation prématurée (EP) mais celles-ci ne semblent pas toujours satisfaisantes pour nos patients. C’est la raison pour laquelle de nouvelles modalités thérapeutiques sont à l’étude. Cette table ronde présente 3 nouvelles alternatives : l’électrostimulation périnéale, les injections d’acide hyaluronique et les injections de botox.

ELECTROSTIMULATION TRANSPERINEALE
Ilan Gruenwald

L’auteur présente une étude évaluant le temps de latence éjaculatoire chez des patients traités par cette méthode : stimulation périnéale au moyen d’une électrode cutanée. Elle concerne 20 patients seulement mais montre un taux d’efficacité important (17 patients) et peu d’effets secondaires (sensation d’inconfort essentiellement).Le problème de cette méthode est qu’elle est difficile à mettre en œuvre lors d’un rapport sexuel.
Un petit appareil a été créé : « the vpatch » permettant, au moyen d’une petite électrode périnéale, de faire de l’électrostimulation pendant les rapports sexuels. Une étude réalisée dans 2 centres (Italie et Israël) auprès de 80 patients répartis en 2 bas (électrostimulation et fréquence placébo) a montré une efficacité chez plus de 70% des patients.
D’autres études sont nécessaires.

LES INJECTIONS D’ACIDE HYALURONIQUE DANS LE GLAND
Antonio Aversa

L’acide hyaluronique est utilisé pour augmenter la taille du gland, et dans le traitement de la maladie de Lapeyronie.
Antonio Aversa nous présente une étude dans laquelle une seule injection d’acide hyaluronique a été réalisée au niveau du frein chez 31 patients d’âge moyen 38 ans sans autre problème sexuel associé à l’EP.Ce traitement améliore fortement le temps de latence au prix d’effets secondaires peu importants : douleurs d’intensité moyenne lors de l’injection et d’1 évènement grave (nécrose localisée du gland).Des études randomisées doivent être menées pour confirmer ces résultats.

LA TOXINE BOLTULIQUE DANS LE TRAITEMENT DE l’EJACULATION PREMATUREE
Ege Can Serefoglu

La physiologie de l’éjaculation, encore incomplètement connue, met en jeu : des récepteurs sensitifs, un générateur spinal (L3-L4), des centres médullaires responsables de la phase d’émission (T10-L2) et de la phase d’expulsion du sperme (S2-S4). L’expulsion du sperme est lié à la contraction des muscles bulbo caverneux et bulbo spongieux.
Les inhibiteurs de la sérotonine agissent au niveau cérébral alors que les anesthésiants locaux agissent en périphérie, sur les récepteurs sensitifs. La toxine botulique peut inhiber les contractions musculaires des bulbo spongieux. Une étude réalisée chez le rat montre effectivement une augmentation du délai éjaculatoire après injection dans les bulbo spongieux. Plusieurs nouveaux traitements sont à l’étude dans l’EP, la toxine botulique pourrait avoir un intérêt dans cette indication.

Time

19 (Friday) 6h 00min - 20 (Saturday) 18h 00min

X
X